Face à la pandémie mondiale de covid-19, l’État français a mis en place certains dispositifs pour lutter contre la précarité étudiante qu’elle soit financière, psychologique ou professionnelle. Parmi eux, les chèques psy permettent à l’étudiant de bénéficier d’un accompagnement psychologique gratuitement. Retour sur cette initiative.

Le “chèque Psy”, qu’est-ce que c’est ?

Le dispositif santé psy Étudiant ou “chèque psy” permet aux étudiants d’obtenir une aide psychologique par le biais d’un accès à un parcours de soins gratuit auprès d’un psychologue professionnel. L’avantage de ce dispositif est qu’il permet également à l’étudiant de n’avancer aucun frais, contrairement à la Sécurité sociale classique – or tiers-payant. En bref, la prise en charge est assurée à 100% par l’état et immédiatement pour un total de trois séances renouvelables par le médecin généraliste si besoin.

Ce dispositif a été mis en place début 2021 suite à un rapport de la Commission d’enquête nationale révélant que près de la moitié des étudiants se sentaient en détresse psychologique face à la pandémie. Par ailleurs, il a été observé que près d’un étudiant sur six a arrêté ses études supérieures. Aussi, le chèque psy a été développé pour accompagner cette catégorie de la population fortement affectée par la crise sanitaire.

Le "chèque Psy", qu'est-ce que c'est ?
Source : shutterstock.com

Comment l’obtenir ?

Pour bénéficier de ce dispositif, il y a toutefois quelques conditions à remplir dont la première est d’être étudiant et de facto de pouvoir fournir un justificatif (carte étudiante, certificat de scolarité). Ensuite, il y a des étapes à suivre pour pouvoir accéder à ce parcours de soin personnalisé.

1. Consulter son médecin

Dans un premier temps, l’étudiant doit se rendre chez son médecin traitant ou un autre médecin généraliste. Les étudiants peuvent très bien se tourner également vers des médecins d’un Service de Santé Universitaire (SSU). Le rendez-vous peut bien-sûr s’effectuer soit au cabinet, soit en téléconsultation. Pendant la séance, le médecin déterminera quel est le parcours de soin le plus adapté et délivrera une ordonnance à l’issue de la consultation.

2. Choisir un professionnel via la plateforme

Dans un second temps, l’étudiant doit choisir le psychologue qui l’accompagnera. Toutefois, le choix n’est pas complément libre et même plutôt encadré, puisque l’étudiant doit se tourner vers un psychologue qui participe à ce dispositif – tous les psychologues n’en faisant pas partie. Pour cela, il est nécessaire de se rendre sur la plateforme santepsy.etudiant.gouv.fr qui permet d’accéder à l’ensemble des psychologues partenaires et de filtrer par code postal et ville, voire par nom. Les coordonnées de chaque psychologue sont systématiquement renseignés, ce qui permet de les contacter facilement par mail ou par téléphone afin de prendre rendez-vous. Il est également possible de se rendre sur leur site web, s’ils en ont un afin de réserver un créneau.

3. Bénéficier d’un suivi

Enfin, il n’y a plus qu’à profiter des trois séances de psychologie offertes en se munissant bien de l’ordonnance médicale. Il faut noter que cet accompagnement peut être renouvelé une fois sur avis médical pour trois séances. Aussi, il est possible de bénéficier de six séances de thérapie psychologique au total. Si l’étudiant ressent le besoin de poursuivre son accompagnement psychologique au-delà des six séances, il peut se tourner vers d’autres solutions comme les Bureaux d’Aide Psychologique Universitaire (BAPU). Ces centres soin permettent aux étudiants de consulter des psychiatres et des psychologues gratuitement, puisque c’est complétement pris en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles. Il n’y a donc aucun frais à avancer.