Ces dix dernières années, le nombre de jeunes entrepreneurs a triplé. L’entreprise individuelle connaît de plus en plus de succès, notamment auprès des femmes qui représentent 4 entrepreneurs sur 10. Qu’entend-on exactement par “jeune entrepreneur” ? Comment se lancer avec peu d’investissement ? Quels sont les exemples de Success Story à suivre ? Voici tout ce qu’il faut savoir si vous souhaitez tenter l’aventure. 

Cela veut dire quoi : être jeune entrepreneur ?

On considère qu’un jeune entrepreneur a entre 18 et 35 ans.  Ce dernier ouvre sa propre entreprise, trouve les financements et assume les risques. Le jeune entrepreneur porte un projet seul ou accompagné d’associés. Ajoutons qu’un étudiant peut devenir jeune entrepreneur grâce au statut national d’étudiant-entrepreneur. Le statut privilégié pour lancer une activité reste le statut d’autoentrepreneur. Ce statut juridique simplifié permet de tenir une comptabilité allégée et offre divers avantages comme une ouverture d’entreprise rapide et sans frais (pas de nécessité de faire rédiger les statuts). En outre, les charges s’élèvent à 22 % du chiffre d’affaires. Le seul inconvénient reste la limite de CA à ne pas dépasser (72 500 € pour une prestation de service et 176 200 € pour une activité commerciale).

Cela veut dire quoi : être jeune entrepreneur ?
Source : shutterstock.com

Comment lancer son entreprise sans argent ?

Il est vrai que les jeunes ont parfois des difficultés à investir car ils ont peu d’économies et les banques peinent à leur accorder des crédits. Néanmoins, il existe des aides comme le dispositif ACRE. Cela permet de limiter les charges durant les premières années d’activité de l’entrepreneur afin qu’il puisse bien démarrer son entreprise. De plus, certaines activités ne nécessitent pas vraiment d’investissement. Par exemple, les métiers du web comme développeur, rédacteur web, créateur de contenu, etc peuvent s’exercer avec un ordinateur uniquement. Au fur et à mesure que votre activité progresse, vous pourrez investir dans des logiciels et la publicité. Pour monter une entreprise sans argent, il convient donc d’opter pour le statut d’autoentrepreneur et de monter un business plan solide. Étudiez le marché, fixez-vous des objectifs réalisables avec vos moyens. Autrement, si vous avez vraiment besoin de fonds pour réaliser votre projet, tentez la solution du crowdfunding. Il s’agit du système bien connu de financement participatif. Le but est simple : convaincre de potentiels investisseurs particuliers ou des entreprises à vous donner ou prêter de l’argent pour lancer votre business. 

Les exemples de réussite

Des jeunes investisseurs partis de rien sont aujourd’hui millionnaires, voire milliardaires. Voici 2 exemples inspirants : 

  • John Paul DeJoria, le SDF qui devient milliardaire : il travaille dès ses 9 ans et accumule des petits jobs pour survivre. À l’âge adulte, cet Américain vit dans la rue. Aujourd’hui, sa fortune est estimée à plus de 3 milliards de dollars. Comment est-il parvenu à vivre un tel rêve ? Monsieur DeJoria a investi seulement 700 dollars (il a misé toute sa paie) pour créer John Paul Mitchell System avec un associé. Il fait des partenariats avec des professionnels de la coiffure  et son entreprise est désormais l’une des entreprises multinationales les plus importantes au monde. L’innovation fut le moteur de son succès. Il a su répondre à un besoin spécifique lié à une cible précise.
  • Sebastien Forest : ce jeune Français a créé la plateforme Allo Resto en 1998 alors qu’il n’avait que 24 ans. Cette idée lui est parvenue lorsqu’il était étudiant et qu’il révisait : il aurait aimé avoir la liste de tous les restaurants qui livrent à domicile. Il s’est donc lancé et est devenu l’un des pionniers de la vente en ligne. En 2018, l’entreprise devient Just Eat suite à une hausse de 30 % de CA. Cette même année, Allo resto a livré plus de 10 millions de repas.
Les exemples de réussite
Source : shutterstock.com

Quelques conseils pour bien se lancer

Avant de s’inscrire auprès de la CCI, il est primordial d’avoir un business plan et d’avoir trouvé des solutions de financement si cela est nécessaire. En tant que jeune entrepreneur, vous avez 45 jours pour faire votre demande d’ACRE auprès de l’URSSAF. Pour avoir une entreprise rentable, assurez-vous de répondre à un besoin et de viser une cible précise. Par exemple, au lieu de proposer un site de rencontre, misez sur un site de rencontre gratuit pour les actifs entre 25 et 45 ans. Plus votre business est ciblé, plus vos arguments de vente seront efficaces. N’oubliez pas la partie commerciale ! Le marketing est en effet très important pour décoller. En fonction de votre activité, misez sur la prospection et le référencement local ou à l’échelle nationale. Enfin, il n’y a pas de secret : formez-vous continuellement pour acquérir de nouvelles compétences et pour optimiser vos techniques. 

En tant que jeune entrepreneur, vous avez tout à fait la possibilité de vous lancer dans l’entrepreneuriat que vous soyez salarié ou étudiant. Les deux statuts ne sont pas fondamentalement opposés.

En tant que salarié, votre statut d’indépendant devient votre activité secondaire.

En tant qu’étudiant, cumuler cette activité avec vos études peut vous créer une première expérience tout en suivant vos cours. D’ailleurs, le Pôle Auto Entrepreneur accompagne les étudiants dans la création de leur statut, les oriente dans toutes leurs démarches pour que cette création d’entreprise soit une réussite. 

Quel salaire espérer ?

Le revenu d’un auto-entrepreneur varie selon l’activité choisie et, bien sûr, de sa capacité à se faire connaître.

De manière générale, l’auto-entrepreneur fixe son propre salaire puisque c’est à lui de déterminer son taux horaire ou encore son taux journalier. Le prix d’une prestation dépend de l’activité exercée mais, quoi qu’il en soit, c’est bien l’auto-entrepreneur qui fixe son barème. 

Si vous désirez vous lancer, vous devez prendre en compte plusieurs critères. En effet, le salaire d’un auto entrepreneur doit prendre en considération plusieurs facteurs comme les potentiels frais, achat de fournitures, congés, assurances privés, etc. Faites vos calculs pour que votre salaire puisse couvrir vos frais.