Comment se passe les admissions parallèles ?

Vie étudianteÉtudesComment se passe les admissions parallèles ?

Vous souhaitez intégrer une grande école sans en passer par une Classe Préparatoire aux Grandes Écoles (CPGE) ? Vous pouvez prétendre intégrer ce type d’établissement sur admission parallèle, une alternative proposée par certaines institutions pour diversifier un peu le profil des candidats. Retrouvez la présentation de cette alternative et quelques conseils pour réussir.

C’est quoi les admissions parallèles ?

Les admissions parallèles aussi appelées couramment Admissions Sur Titre (AST) se font sur dossier via les admissions parallèles. Historiquement, c’est l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) qui avait mis en place ce mode d’admission. Cela a ensuite été repris par d’autres écoles pour améliorer l’égalité des chances et l’ouverture sociale.

Elles ont été développées pour faciliter l’accès aux écoles d’ingénieurs et aux écoles de commerce (bac + 5) via des admissions parallèles. Des étudiants en université, en DUT, ou en BTS peuvent ainsi valoriser leur parcours et prétendre intégrer une grande école selon ses modalités d’admission.

- Advertisement -

C’est donc un programme innovateur, puisqu’il permet de prétendre à une admission dans une grande école sans suivre la voie classique et royale, c’est-à-dire une CPGE et un concours commun.

C'est quoi les admissions parallèles ?
Source : shutterstock.com

Comment cela se passe ?

Pour être admis sur titre ou admission parallèle, il faut préparer un dossier regroupant différents documents qui varient d’une école à une autre. Parmi les documents qu’il peut contenir, on peut souligner :

  • L’ensemble des relevés de notes en enseignement supérieur
  • Une photocopie du bac et du dernier diplôme obtenu
  • Un curriculum vitae mis à jour
  • Une lettre de motivation
  • Des références professionnelles et/ou académiques

Si le dossier est accepté, il est possible en fonction des établissements de passer ensuite un test pour évaluer le niveau du candidat et/ou un oral de motivation. Seront particulièrement regardés dans le dossier la cohérence de la demande d’admission parallèle au regard du parcours précédent, les mentions (pour certains établissements), les engagements associatifs, etc.

Comment préparer les admissions parallèles ?

Les modalités diffèrent d’un établissement à un autre. On peut cependant circonscrire des bases communes. Pour prétendre à une admission parallèle, un certain niveau d’étude est requis. Pour certains établissements, il faut déjà être titulaire d’un bac+2, pour d’autres d’un bac +3, voire bac+4. Il faut généralement avoir un bon dossier qui souligne l’adéquation entre la formation suivie précédemment et la formation visée dans la grande école. Nourrir un projet professionnel ou académique précis qui justifie cette demande d’admission parallèle est également souvent prérequis.

Il est donc nécessaire de préparer bien en amont cette admission sur titre et de faire des choix académiques, professionnels et associatifs en cohérence avec le parcours demandé pour vous donner toutes les chances de réussir. Bien évidemment, les performances académiques seront également regardées attentivement. Certaines grandes écoles ne prennent même que des profils ayant eu certaines mentions, il est donc important de performer de ce point de vue là.

Comment préparer les admissions parallèles ?
Source : shutterstock.com

Est-ce le cas pour toutes les écoles ?

Malheureusement, toutes les grandes écoles ne proposent pas d’admission sur titre. Certaines proposent toutefois des masters payants qu’il est possible d’intégrer en ayant un dossier cohérent, mais surtout en payant la formation. Néanmoins, le statut n’est pas le même. D’autres écoles proposent aussi des admissions sur titre qui permettent à l’étudiant de suivre exactement le même cursus que des étudiants admis sur concours, à la différence près qu’ils ne seront pas rémunérés (certaines grandes écoles versant une sorte de “salaire” à ses étudiants en contrepartie d’un certain nombre d’années dues à l’état), c’est le cas, par exemple, pour l’École Normale Supérieure.