Votre formation académique doit s’achever par un stage et un rapport de stage pour être validée ? Vous vous demandez comment construire votre rapport de stage pour obtenir une bonne note ? Voici nos conseils pour vous aider.

Pourquoi devez-vous rédiger un rapport de stage ?

La plupart des formations d’enseignement supérieur amènent l’étudiant à suivre un stage à un moment ou à un autre de leur parcours. Faire un stage a de nombreux atouts. Cela permet de mettre en pratique les connaissances théoriques, de sortir un peu du milieu académique pour mieux comprendre le monde professionnel, d’ouvrir des perspectives professionnelles auxquelles on n’aurait pas pensé autrement et de se rendre plus employable à la sortie des études. Toutefois, il est souvent demandé aux étudiants en parallèle de réaliser un rapport de stage. Celui-ci est le plus souvent noté et constitue une condition sine qua non pour valider l’année.

En effet, la rédaction d’un rapport de stage permet à l’étudiant-stagiaire de coucher sur papier sa compréhension du poste qu’il occupe ainsi que des enjeux de son entreprise. C’est aussi un moyen pour les enseignants de voir si les étudiants mobilisent leurs connaissances théoriques pour répondre aux problèmes qui leur sont posés dans un cadre professionnel, et d’adapter aussi leur programme et leurs enseignements en fonction. En effet, l’objectif premier de tout établissement d’enseignement supérieur est de préparer les forces vives de demain et ils doivent ainsi régulièrement s’assurer que leur enseignement est en en adéquation avec le monde professionnel.

Pourquoi devez-vous rédiger un rapport de stage ?
Source : shutterstock.com

Quel plan pour un rapport de stage ?

Les consignes concernant un rapport de stage peuvent varier d’un établissement à un autre, ou d’une formation à une autre. Un rapport de stage peut ainsi prendre différentes formes. Plus généralement, on retrouvera tout de même toujours une partie sur la présentation de l’entreprise et des missions que le stagiaire est amené à effectuer, ainsi que les enjeux liés à l’activité et ce qu’apportent ses missions par rapport aux objectifs de l’entreprise.

En fonction des formations, il peut être demandé une démonstration concrète de ce qui est fait sous le prisme de l’enseignement suivi par l’étudiant. Typiquement, un étudiant en mathématique pourra mobiliser des formules apprises en cours et montrer leur cohérence par rapport à ses missions. Pour des étudiants en sciences humaines, il sera peut-être demandé une analyse réflexive par rapport à des auteurs étudiés en cours.

Quelle longueur doit-il faire ?

Là encore, cela est variable d’un établissement à un autre. La longueur peut aussi bien être de 6 pages jusqu’à une trentaine de pages. Il vous faudra vous référer aux consignes données par vos professeurs.

Comment bien le rédiger ?

Pour rédiger n’importe quel type de document, des méthodes différentes existent. Certains ont besoin d’écrire tout d’un jet pour ensuite se relire et s’améliorer, mais à partir d’une base. D’autre préfèrent s’imposer un nombre de pages à écrire à fréquence régulière. À vous de voir quelle est la méthode qui vous convient le mieux.  Par contre, privilégiez un style simple et coupez bien vos phrases pour aider ceux qui liront votre travail à bien comprendre le fond de votre pensée et votre démarche. N’hésitez pas à aérer les phrases en faisant régulièrement des petits paragraphes pour faciliter la lecture.

Comment bien le rédiger ?
Source : shutterstock.com

Que ne faut-il pas oublier ?

N’oubliez pas de faire une petite page de présentation avec le logo de l’entreprise et celui de votre établissement d’enseignement supérieur, le nom de votre professeur encadrant et de votre maître de stage référent, ainsi que l’année en cours. Vous pouvez également en préambule remercier votre équipe professionnelle et académique encadrante, même si l’on est plutôt habitué à voir cela sur des mémoires et des thèses. Néanmoins, cette attention sera toujours appréciée et ne peut en aucun cas vous desservir. N’hésitez donc pas à aller consulter des exemples de remerciement pour un rapport de stage.

Ensuite et cela s’applique pour tous les écrits personnels, académiques et professionnels que vous aurez à réaliser, il faut vous relire. Lorsqu’on est absorbés par un exercice long et difficile, il n’est pas rare que l’on fasse de petites fautes d’orthographe, que l’on intervertisse des lettres ou que l’on utilise des tournures un peu bancales. Si ces coquilles ne sont pas corrigées, elles risquent d’être mal perçues par les enseignants qui y verront le résultat d’un travail bâclé et non pris au sérieux.

Enfin, il faut soigner l’introduction et la conclusion. En effet, il arrive parfois qu’un tel travail académique ne soit pas lu dans son intégralité par les enseignants qui n’ont pas le temps qu’ils voudraient pour s’attarder sur chacun des travaux qui leur sont rendus. Faute de temps ou par convention académique, certains regardent seulement l’introduction et la conclusion d’un rapport de stage, ce qui leur permet d’avoir un aperçu global de la démarche de l’étudiant. Aussi, ce sont deux parties qu’il convient de soigner attentivement.