Faire des stages est devenu nécessaire pour s’insérer sur le marché de l’emploi après les études. C’est aussi par le biais de ces expériences qu’il est possible de gagner confiance en soi et d’acquérir de nouvelles compétences – des qualités qui resteront toute la vie. Néanmoins, il peut arriver que tout ne se passe pas comme prévu pendant le stage et qu’il y ait des déceptions tant du côté du stagiaire que de l’employeur. Dans cette situation, il faut savoir qu’il est possible de rompre la convention de stage de manière anticipée sous certaines conditions.

Qu’est-ce qu’une convention de stage ?

La convention de stage est l’équivalent d’un contrat de travail pour les étudiants stagiaires. Si trouver un stage n’est pas toujours chose évidente, la convention de stage se met facilement en place une fois que le stage est trouvé. C’est un document obligatoire pour réaliser un stage dans une organisation. Il règle les rapports de l’organisme d’accueil avec l’établissement d’enseignement et le stagiaire. Il reprend également les obligations du stagiaire envers l’entreprise et réciproquement. Enfin, il récapitule toutes les informations essentielles sur l’organisation du stage, comme :

  • La durée hebdomadaire de travail
  • Les missions
  • Les objectifs attendus
  • La gratification légale
  • Les avantages (tickets restaurants, télétravail, remboursement partiel du pass navigo, etc.)
  • La durée du stage
  • Le nom du tuteur pédagogique et du tuteur professionnel

La convention de stage est document tripartite, c’est-à-dire qu’il doit être signé par l’étudiant stagiaire, l’établissement d’enseignement de l’étudiant et l’entreprise. C’est aussi un document qui règle toutes sortes de cas de figures, y compris les modalités de la fin anticipée d’un stage en cas d’accord amiable ou de désaccord entre l’entreprise et le stagiaire. S’y référer est donc utile si pareil cas de figure se présente.

Comment rompre une convention de stage ?

Il arrive que l’entreprise ou le stagiaire veuille mettre fin à la convention de stage avant la date de fin du stage pour diverses raisons. Par exemple, la situation du stagiaire peut évoluer (grossesse, maladie, etc.) et n’être plus compatible avec le stage. Le stagiaire peut également s’apercevoir que les missions qu’il mène et les compétences acquises sont inadaptées à la formation suivie. L’entreprise quant à elle peut constater des manquements graves ou une inadéquation entre le niveau attendu du stagiaire au regard de ses études et la réalité. Quelle que soit la raison qui pousse l’une ou l’autre partie à vouloir rompre la convention de stage, il y a des modalités à respecter.

Comment rompre une convention de stage ?
Source : shutterstock.com

Pour rompre la convention de stage, il faut que la partie à l’initiative de cette rupture en informe les deux autres par écrit et motive sa décision. Si la décision vient du stagiaire, il faudra qu’il en informe son organisme d’accueil et son établissement d’enseignement. Si c’est l’entreprise qui est à l’initiative de la rupture de stage, il faut qu’elle en informe par écrit le stagiaire et son organisme de formation. Les raisons à l’origine de cette décision seront ensuite examinées par l’organisme de formation pour en juger la légitimité. Le stage pourra prendre fin après cette concertation et l’accord de l’établissement d’enseignement dans lequel est inscrit l’étudiant en stage.

Comment rédiger une lettre de fin de stage ?

Une trace écrite est donc nécessaire dans le cadre de la résiliation d’une convention de stage. Vous trouverez de nombreux modèles de lettres de fin de stage en ligne. Toutefois, gardez à l’esprit qu’il faut impérativement expliciter les raisons pour rompre le stage, puisque leur légitimité sera jugée par l’établissement d’enseignement dans lequel est inscrit le stagiaire. Il faut également renseigner la date de fin anticipée souhaitée. Par ailleurs, toute lettre officielle nécessite d’être datée et signée.