Vous venez d’obtenir le baccalauréat et c’est le grand saut dans la vie étudiante ? Vous allez quitter le domicile familial pour voler de vos propres ailes ou presque et vous vous posez donc naturellement la question de savoir quel logement vous allez choisir pour ce nouveau départ et cette nouvelle vie qui s’offre à vous. 

Comment trouver un logement étudiant ?

Pour trouver un logement étudiant, vous pouvez chercher un studio ou un appartement auprès d’une agence immobilière ou d’un particulier ou alors directement sur le site du Crous de votre académie qui met à disposition des logements qui sont des chambres en résidence universitaire, sous conditions de ressources. 

Pour trouver un logement individuel auprès d’une agence immobilière ou d’un particulier, il suffit d’éplucher les sites de locations de biens immobiliers. L’idéal quand on est étudiant, c’est bien entendu de trouver un logement le plus proche possible de son établissement. 

Quels sont les différents types de logements étudiants ?

Si vous ne trouvez pas chaussure à votre pied entre le logement particulier ou la chambre en résidence universitaire, il existe d’autres possibilités qui sont offerts aux étudiants pour un logement à moindre coup. 

La sous-location 

De nombreux étudiants choisissent de se tourner vers la sous-location. Si elle est bien encadrée, la sous-location est légale contrairement aux idées reçues. En  effet, la sous-location n’est pas illégale tant que le locataire qui pratique la sous-location a l’accord de son bailleur et qu’un cadre est respecté. Si ce n’est pas le cas, le locataire s’expose à la résiliation pure et simple du bail et/ou au remboursement des loyers perçus dans le cadre de la sous-location. 

L’avantage du loyer d’une sous-location est qu’il est généralement inférieur au loyer de la location, ce qui représente un bon plan pour les étudiants qui cherchent à faire des économies ou à vivre à moindre coût. 

La sous location n’est pas limitée dans le temps à ceci près qu’elle s’exerce dans la limite du bail principal accordé au locataire. 

Certains sites comme Smartrenting.fr sont spécialisés dans la sous-location. 

La colocation 

Vous avez quitter le domicile parental et vous angoissez à l’idée de vous retrouver seul ? Solitude, gestion des tâches ménagères et des courses, gérer un budget sont des mots qui vous effraient ? Vous avez envie ou besoin qu’il y ait de la vie et de l’espace dans votre logement sans faire exploser votre budget mensuel et vos charges fixes ? 

La colocation est la solution idéale. La colocation permet en effet de louer un bien plus grand que si l’on paye seul et de diviser les frais. En effet, il n’y pas que le loyer qui est partagé mais également les factures courantes telles que l’électricité, internet, etc.

De la même manière, la colocation permet de rencontrer de nouvelles personnes, ce qui est non négligeable lorsque l’on arrive dans une nouvelle ville où l’on ne connaît rien ni personne. 

Le risque avec la colocation, c’est de vivre avec des gens auxquels il faudra s’adapter et définir des règles (tâches, ménages, heures des repas, temps calme, etc…).

La chambre chez l’habitant

La chambre chez l’habitant c’est le cas de figure idéal pour un jeune étudiant qui a besoin d’un cadre et d’une compagnie à moindre coût. La chambre chez l’habitant, c’est le même principe que la chambre en colocation voire même mieux en termes de frais. En effet, le propriétaire loue généralement la chambre à un prix défiant toute concurrence puisqu’il ne vous fera pas supporter pour moitié les factures quotidiennes. Il s’agira d’une somme au prorata de votre chambre. 

De nombreux seniors ou personnes âgées se tournent vers cette solution, offrir une partie de leur habitation moyennant une contrepartie financière et tout le monde y trouve son compte. 

Que prendre en compte lors de la location du bien ?

Avant toute chose, louer un logement étudiant ou non d’ailleurs nécessite quelques prérequis. En effet, qu’il s’agisse d’un logement privé ou en résidence universitaire, il vous sera demandé de provisionner un dépôt de garantie généralement du montant du loyer concédé. Pour les personnes qui passent par agence, il y aura généralement des frais de dossier et des frais d’honoraires de l’agence qui viendront s’ajouter.

Lors de la finalisation de la localisation, soyez très attentif à l’état des lieux qui est réalisé si vous ne voulez pas de mauvaise surprise lors de votre état des lieux de sortie. 

Si vous optez pour un logement privé type studio ou appartement, il faut également prendre en compte le montant de la taxe d’habitation qui vous sera réclamé. Ce montant dépend de la ville dans laquelle vous vous trouvez et de vos revenus. Renseignez-vous également sur le montant de la taxe d’ordures ménagères ; il s’agit de frais annexes parfois complètement passés sous silence mais qui viennent creuser votre budget à certaines périodes des l’année.

Si vous choisissez de vivre à plusieurs, veillez à fixer des règles dès le début de votre colocation. 

Quelles démarches effectuer ?

Si vous décidez de louer un appartement via une agence ou un particulier, la démarche est assez classique. Après choix et visite du bien, un contrat de bail plus tard et vous voila prêt à investir votre nouveau logement. 

Si vous faites le choix d’un logement étudiant en chambre universitaire du Crous, il faudra déposer un dossier social étudiant (DSE) en  ligne auprès du Crous de votre académie. Une fois le DSE validé, vous ferez vos vœux parmi les logements sélectionnés et il sera ensuite opéré un choix par le Crous en fonction de l’indice social, des demandes et de la capacité d’accueil des résidences universitaires. 

Les aides possibles pour les étudiants

Si la vie étudiante a des bons côtés, elle a aussi quelques inconvénients dont la précarité fait partie. Si vous êtes dans une situation financière délicate ou si vous rencontrez des difficultés, il faut savoir qu’il existe des aides au logement étudiant. 

C’est le cas de l’aide au logement APL destinée aux étudiants qui est versée par la CAF. Le montant de cette aide est calculée en fonction des ressources, du montant du loyer, la composition du loyer et sa localisation, etc. 

Par ailleurs, il existe également d’autres aides telles que l’aide au paiement du loyer, l’aide au cautionnement locatif, l’aide au financement du dépôt de garantie, etc. Ces aides sont généralement conditionnées de la même manière par les ressources, la composition et les charges de votre foyer. Si la CAF peut contribuer à ses aides (APL ALS, ALF), certaines associations ou organismes peuvent vous aider dans la recherche et la création de dossier pour prétendre à des aides