Pour beaucoup d’étudiants, l’arrivée dans la vie étudiante est synonyme de précarité. Nombre d’étudiants sont obligés de se payer eux-mêmes leurs études, incluant ainsi un loyer, des courses alimentaires et toutes les charges du quotidien qu’une vie “d’adulte” implique. Souvent ignoré du grand public, il existe de multiples aides financières qui ont été mises en place pour venir en aide aux étudiants. Selon la nature de la bourse et la situation d’un étudiant, découvrez les aides auxquelles il est possible de prétendre.  

Quelles sont les différentes aides financières pour les étudiants ? 

Les aides mises en place pour les étudiants permettent de balayer un large périmètre de situation, permettant ainsi au plus grand nombre d’étudiants dans le besoin de pouvoir en bénéficier. Les aides financières, quelles qu’elles soient, sont attribuées généralement sous conditions de ressources. Chacune des aides dispose de sa propre méthode de calcul et de ses barèmes. 

La bourse sur critères sociaux

Il s’agit de la bourse étudiant la plus connue. La bourse sur critères sociaux aussi appelée bourse Crous est une aide versée par les Centres régionaux des Oeuvres Universitaires et Scolaires qui sont des établissements publics placés sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

La circulaire n° 2019-096 du 18 juin 2019 a défini cette bourse de la façon suivante : “la bourse d’enseignement supérieur sur critères sociaux est accordée à l’étudiant confronté à des difficultés matérielles ne lui permettant pas d’entreprendre ou de poursuivre des études supérieures. Elle constitue une aide complémentaire à celle de la famille. A ce titre, elle ne peut se substituer à l’obligation alimentaire telle que définie par les dispositions des articles 203 et 371-2 du Code civil qui imposent aux parents d’assurer l’entretien de leurs enfants, même majeurs, tant que ces derniers ne sont pas en mesure de subvenir à leurs propres besoins. Les revenus ainsi que les charges de la famille sont pris en compte pour déterminer le taux de la bourse fixé en application d’un barème national”. 

Cette aide est donc destinée à toute personne âgée de moins de 28 ans au 1er septembre de l’année université et qui inscrit soit : 

  • en formation initiale en France ou dans un État membre du Conseil de l’Europe 
  • dans un. établissement d’enseignement public ou privé

Et il faut suivre une formation qui peut accueillir des boursiers. 

3 critères principaux sont pris en compte pour déterminer l’éligibilité d’un étudiant à cette bourse : 

  • les revenus des parents, 
  • le nombre d’enfants,
  • l’éloignement du lieu d’études. 

Selon le plafond de ressources atteint par la famille de l’étudiant, ce dernier pourra prétendre à cette aide sur critères sociaux. Elle est fixée par échelon : de l’échelon 0 bis qui représente 1 032 euros sur 10 mois à l’échelon 7 qui alloue 5 679 euros sur 10 mois. 

Cette bourse sur critères sociaux permet, en plus d’un versement financier mensuel, un certain nombre d’autres avantages à savoir : 

  • l’exonération des droits d’inscription universitaires,
  • l’exonération de la CVEC, 
  • la priorité dans l’attribution d’un logement Crous,
  • le repas à 1 euro dans les restaurants universitaires des Crous. 

La demande se fait directement en ligne en constituant son “Dossier social étudiant”. 

La bourse sur critères sociaux

L’aide des régions

Il s’agit d’une aide qui vient compléter les autres dispositifs nationaux d’aides financières. Chaque région propose des bourses et des aides que ce soit en métropole ou en outre mer. 

Pour prendre l’exemple de la région Ile de France, cette dernière concède plus de 10 aides et 2 bourses particulières à savoir : 

  • l’aide à la mobilité internationale DUT, licence, master 
  • l’aide à la mobilité internationale pour les BTS, 
  • l’aide à la mobilité internationale des doctorants, 
  • l’aide l’installation dans un logement pour les étudiants 
  • l’aide pour le DAEU (Diplôme d’Accès aux Études Universitaires)
  • l’aide à la création d’une association KIT-A-SE-LANCER
  • l’aide aux projets artistiques et culturels CREART’UP 
  • la bourse au mérite (qui est cumulable avec la bourse de l’État)
  • l’aide pour un complémentaire santé
  • l’aide aux transports (avec Imagine R) 
  • des aides de la ville de Paris 
  • des aides de la région telles que la bourse à l’installation des étudiants en formation kinésithérapie et maïeutique. 
  • les bourses pour les formations sanitaires et sociales.

Pour avoir accès à toutes les aides selon les régions, il vous suffit de vous rendre soit directement sur le site de la région concernée dans la rubrique “Aides” ou “Services” soit sur le site étudiant.gouv.fr en cliquant sur “les aides des régions et des outre mer”. Vous accéderez ensuite à une carte de la France et des régions d’outre mer ou vous pourrez prendre connaissance des aides accordées par chacune des régions. 

L'aide des régions

L’aide au logement

Bien qu’il n’existe pas d’aide au logement étudiant de façon spécifique, les étudiants peuvent prétendre, au même titre que n’importe quelle personne répondant aux conditions, à une aide au logement. 

Les aides personnelles au logement sont attribuées par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) de chaque département. Exemple : la CAF des Hauts-de-Seine pour le 92. 

Il existe 3 grandes aides personnelles au logement sous condition de ressources à savoir : 

  • l’APL qui est l’aide personnalisée au logement. Elle est destinée à toute personne locataire d’un logement neuf ou ancien qui a fait l’objet d’une convention entre le propriétaire et l’État.
  • L’ALF qui est l’aide de logement à caractère familial. Elle concerne les personnes qui n’entrent pas dans les critères de l’APL et qui ont des enfants nés ou à naître ou certaines personnes à charge ou bien qui forment un ménage marié depuis moins de 5 ans. 
  • L’ALS qui est l’aide de logement à caractère social. Elle s’adresse aux locataires qui ne peuvent ni prétendre à l’APL ni prétendre à l’ALF. 

Pour bénéficier d’une de ces trois aides, les conditions d’attribution sont les suivantes : 

  • Avoir une charge de logement, payer un loyer,
  • Le logement doit être la résidence principale et doit être occupé au moins 8 mois par an,
  • Les ressources propres ainsi que celles des personnes qui vivent sous le même toit ne doit pas excéder certains plafonds. 

Le logement doit également remplir les conditions d’éligibilité pour ouvrir droit à l’une de ces aides. Il doit être décent, offrir un confort minimum et conforme aux normes de santé et de sécurité. 

Pour une personne seule, le logement doit mesurer au moins 9 mètres carrés. Il doit mesurer 16 mètres carrés au moins pour deux personnes. A chaque personne supplémentaire, il doit y avoir 9 mètres carrés de plus par personne. 

Le montant de l’allocation sera ensuite déterminé par la CAF en fonction :

  • du nombre d’enfants et des personnes à charge 
  • du lieu de résidence,
  • du montant du loyer, 
  • des ressources du foyer. 

Pour savoir si l’on est éligible à l’une de ces aides, il est possible de se rendre directement sur le site de la CAF et de faire une simulation en renseignant quelques informations d’identité et relatives à votre situation.

L'aide au logement

Les bourses Erasmus +

C’est l’aide financière étudiante internationale la plus connue pour les étudiants désireux de passer une partie de leur cursus à l’étranger. 

Erasmus+ est un programme d’échange d’étudiants venant de toute l’Europe. Il soutient financièrement une large palette d’actions et d’activités dans les domaines suivants : la formation, l’enseignement, le sport et la jeunesse.

Ce programme a pour but de donner la possibilité aux étudiants, entre autres, avec ou sans diplôme, de partir à l’étranger pour renforcer leurs compétences dans le cadre de leurs études. 

Erasmus+ offre une bourse appelée bourse Erasmus+ pour les étudiants qui :

  • se rendent dans un pays étranger européen,  
  • dans un établissement de l’enseignement supérieur 
  • et dans le cadre d’un échange inter-établissements. 

Il existe deux grands types de bourses Erasmus + à savoir : 

  • la bourse Erasmus+ études
  • la bourse Erasmus+ stages 

La première est réservée aux étudiants du programme Erasmus+. Elle est allouée pendant 3 à 12 mois pour un montant de 150 euros à 300 euros par mois en fonction du pays. 

La seconde est attribuée pour les étudiants qui effectuent un stage dans un pays européen. Elle est attribuée pour sa part pendant 2 à 12 mois et représente un montant qui varie de 300 euros à 450 euros par mois selon le pays. 

Par ailleurs, il existe une autre aide, relativement méconnue des étudiants, il s’agit d’une aide en faveur des boursiers sur critères sociaux qui souhaitent partir à l’étranger. 

C’est l’aide à la mobilité internationale (AMI), qui peut être versée en complément d’une bourse Erasmus+. Cette aide, qui était de 400 par mois pour l’année 2019/ 2020 a vocation à permettre aux étudiants boursiers de suivre une formation supérieure à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échanges ou d’effectuer un stage international. 

Pour pouvoir bénéficier de l’une de ses aides, il suffit à n’importe quel étudiant de se renseigner directement auprès de son établissement, généralement au service des relations internationales pour connaître les modalités et les établissements partenaires. 

Les bourses Erasmus +

L’aide au mérite

Cette aide est une aide qui vise à récompenser les étudiants boursiers les plus méritants. Elle peut être attribuée en complément de la bourse sur critères sociaux, dont le demande se fait directement en ligne en constituant son “Dossier Social Etudiant” (DSE).

Il existe 2 conditions cumulatives pour y avoir droit : 

  • Être boursier ou bénéficiaire d’une allocation d’aide spécifique annuelle et
  • Avoir obtenu la mention “très bien” à la dernière session du baccalauréat ou l’avoir déjà reçu une année précédente.  

Pour prétendre à cette aide, il n’y pas de démarche particulière à effectuer. En effet, ce sont les Centres régionaux des Œuvres Universitaires et Scolaires de chaque région qui attribue cette aide au mérite après avoir pris connaissance de tous les bacheliers ayant obtenu la “mention très bien” l’année passée. La décision d’attribution de cette aide est prise par le recteur de l’académie et est notifiée au candidat. 

Cette aide est versée sur un total de 9 mois. Pour cette année 2020/2021, le montant de l’aide au mérite est de 900 euros pour un bac obtenu en 2015 ou les années suivantes. 

Il est possible de percevoir cette aide en plus de l’aide à la mobilité internationale mais également d’une aide spécifique ponctuelle. 

Il faut savoir que l’aide au mérite est conditionnée par une assiduité aux cours et aux examens et l’étudiant ne doit pas redoubler (sauf si le redoublement est dû à une raison médicale). 

L'aide au mérite

Les prêts étudiants

Il existe deux grands types de prêts étudiants : le prêt classique accordé par une banque à un étudiant et le prêt étudiant garanti par l’État (PEGE). 

Pour ce qui est du prêt consenti par une banque, il suffit de se rapprocher de son conseiller afin de se voir présenter les modalités, le montant possiblement alloué et ainsi que le taux d’intérêt et la durée de remboursement. 

Le prêt garanti par l’État mérite quant à lui plus d’explications. Ce prêt est ouvert à tous les étudiants sans condition de ressources. Il ne nécessite pas de caution parentale ou de quelqu’un d’autre. Il est possible de rembourser ce prêt de façon différée.

Quelques conditions sont établies pour pouvoir y souscrire :

  • il faut être inscrite dans un établissement d’enseignement supérieur en vue de la préparation d’un concours ou d’un diplôme,
  • il faut être âgé de moins de 28 ans au jour où le prêt est accordé,
  • il faut être de nationale française ou bien avoir la nationalité d’un des États membres de l’UE ou de l’Espace Économique Européen. En revanche, les deux derniers cas de figure implique d’avoir une résidence régulière ininterrompue en France depuis au moins 5 ans au moment de la conclusion du prêt. 

Ce prêt garanti par l’État a été mis en place qu’avec certaines banques en particulier à savoir la Société générale, le Crédit Mutuel, le C.I.C, la Banque Populaire et la Caisse d’Épargne. 

Il faut donc déposer une demande dans l’une de ses banques qui décidera ou non d’accorder le crédit. L’État garanti le risque de défaillance à hauteur de 70%. Cela signifie que pour un crédit de 1000 euros, l’État peut payer jusqu’à 700 euros de ce montant en cas d’impayés.

L’avantage de ce prêt étudiant garanti par l’État c’est notamment le fait qu’il soit à remboursement différé. L’étudiant rembourse donc ce crédit une fois entré dans la vie activité bien qu’il soit possible d’entamer un remboursement partiel pendant les études, juste pour rembourser les intérêts. Il est également possible de rembourser le prêt par anticipation. 

Ce prêt peut être alloué jusqu’à un montant maximal de 15 000 euros. 

Si ce prêt étudiant est sur le principe accessible à tout étudiant, il n’ouvre pas ce qu’on appelle un droit au crédit. En effet, les banques ont un pouvoir d’appréciation quant à la décision d’attribution ou non de ce prêt. 

L’allocation de rentrée scolaire

Cette allocation, également connue sous l’acronyme ARS est accordée par l’État sous condition de ressources. Elle est attribuée aux familles qui ont des enfants dont l’âge est compris entre 6 et 18 ans. 

Cette aide a, comme son nom l’indique, vocation à aider les familles à assumer les frais liés à la rentrée scolaires (fournitures, vêtements, etc).

Pour se voir attribuer le bénéfice de l’ARS, il faut :

  • d’une part remplir les conditions générales pour bénéficier des prestations familiales et
  • d’autre part, avoir à voir un ou plusieurs enfants âgés de 6 à 18 ans. 

Pour la rentrée 2020, suite à une revalorisation exceptionnelle de 100 euros par le gouvernement, les montants étaient les suivants :

  • pour un enfant âgé de 6 à 10 ans : 469, 97 euros par enfant.
  • pour un enfant âgé entre 11 et 14 ans : 490, 39 euros par enfant.
  • pour un enfant âgé de 15 à 18 ans : 503, 91 euros par enfant. 

Cette aide financières versée à la fin du mois d’août. 

L'allocation de rentrée scolaire

Le fonds d’aide d’urgence

Le fond national d’aide d’urgence a pour but d’apporter une aide financière personnalisé à un étudiant en difficultés. 

Cette aide s’adresse aux étudiants ne bénéficiant pas de la bourse sur critères sociaux. Il faut être âgé de moins de 35 ans au 1er septembre de l’année de formation en cours. 

De nombreux cas de figures permettent d’ouvrir droit à cette aide d’urgence. Exemple : être en situation de rupture familiale ou être élevé par un membre de la famille sans décision de justice. 

Cette demande se fait auprès du Crous dont l’étudiant dépend. C’est le directeur du Crous qui décide du montant final. 

L’aide est versée par le Crous sur toute l’année universitaire. Elle est versée pendant minimum 6 annuités. 

Son montant est calqué sur celui de la bourse sur critères sociaux. Cette aide financière peut donc représenter entre 1 032 euros et 5 679 euros.

Elle est cumulable avec l’aide à la mobilité internationale et l’aide au mérite.

Les différentes aides financières accordées aux étudiants n’ont désormais plus aucun secret pour vous et vous pouvez donc demander, en fonction de votre situation familiale et financière, à bénéficier de l’aide qui a vocation à s’appliquer à votre situation.