Acheter un studio quand on est étudiant, est-ce une drôle d’idée ? Investir dans l’immobilier dès qu’on a accès à un emprunt est un excellent placement financier afin d’assurer son avenir et se créer un revenu passif à long terme. Voici ce qu’il faut savoir pour acheter son premier bien immobilier.

Pourquoi investir dans un studio quand on est étudiant ?

Investir dans l’immobilier n’est pas la première pensée des étudiants lorsqu’ils commencent leurs études post-bac. Ils ont en effet une image biaisée de l’investissement immobilier, car ils pensent qu’il faut être aisé pour commencer à investir. Ce n’est pas le cas ! Pour acheter un bien immobilier, il faut avoir accès à un emprunt.

Les étudiants ont un avantage que n’ont pas les jeunes actifs : ils ont accès au prêt étudiant. Ce prêt est destiné aux dépenses courantes nécessaires aux études (loyer, nourriture, frais d’études, matériel, etc). Pourtant, ce n’est pas un prêt affecté, c’est-à-dire que votre banquier ne va pas vérifier vos dépenses émises avec votre crédit.

Peut-on vraiment acheter un studio avec un prêt étudiant ? Il existe deux types de prêts étudiants :

  • Le premier est un prêt garanti par l’Etat qui ne dépasse pas les 15 000 euros. Il est donc peu probable que vous réussissiez à investir avec un tel montant.
  • Le deuxième est un prêt étudiant accordé par une banque privée et cautionné par les parents. Le montant peut aller jusqu’à 75 000 euros, remboursable sur 12 ans. On voit donc ici l’opportunité d’investir dans un studio. Pour cela, faites appel à un expert qui saura vous aider à trouver le meilleur investissement possible et qui saura vous guider quant à vos calculs de rentabilité, surtout si vous souhaitez louer le studio après vos études.

En achetant un studio dès le début de vos études, vous pourriez être propriétaires avec un crédit soldé à seulement 30 ans !

Pourquoi investir dans un studio quand on est étudiant ? 
Source : shutterstock.com

Quels conseils retenir pour acheter un studio comme premier bien immobilier ?

En tant que primo-accédant, on peut être un peu frileux, surtout si on ne connait pas bien le marché immobilier. Pour trouver un appartement, il est donc préférable de se faire accompagner, du moins lors de ses débuts. Il faut également faire la différence entre un bien qu’on va habiter et un bien immobilier qu’on souhaite louer (ce qu’on nomme l’investissement locatif).

Voici quelques conseils à retenir lorsque vous êtes en voie d’achat pour un premier bien locatif :

  • Pensez au rendement : ne craquez pas pour un studio “coup de cœur” qui se vend au dessus du prix du marché, prenez en compte les charges de copropriété, la taxe foncière, l’assurance habitation, les frais de gestion du patrimoine, les diverses garanties.
  • Renseignez-vous sur la défiscalisation des biens immobiliers : épluchez la loi Pinel en long en large et en travers.
  • En cas de travaux de rénovation à faire : incluez le coût total des travaux dans votre calcul de rendement.

Quels sont les prix moyens ?

Lorsqu’on achète un studio dans le but de le louer, il convient de se renseigner sur le calcul du rendement de l’investissement. En effet, calculer un rendement net représente une opération relativement différente pour tous les propriétaires, en fonction des charges locatives, des assurances, des travaux, etc. Pour un taux de rendement le plus élevé possible, il faut bien sur dénicher un appartement qui a du potentiel locatif et qui est en bon état.

Combien coûte un studio en France ? Sans surprise, le prix au mètre carré varie grandement en fonction des localités… On pourrait estimer qu’un studio à Paris vaut une maison de 100 m² dans l’Indre ! Un fait, à savoir lorsqu’on investit dans l’immobilier : la superficie du logement a un fort impact sur le prix du mètre carré. Par exemple, 10 m² supplémentaires pour un studio va fortement changer sa valeur, alors que 10 m² de plus pour une maison qui fait déjà 150 m² ne changera pas grand chose.

Quels sont les prix moyens ?
Source : shutterstock.com

Le prix du mètre carré dépend des départements, mais aussi de la ville et de la situation géographique (proche des commodités). D’autres facteurs sont pris en compte comme l’année de construction, le diagnostic énergétique, etc. On peut tout de même constater une différence entre les départements en consultant les moyennes connues : 906 € le mètre carré dans la Nièvre pour le prix le plus bas et au moins 10 400 € en région parisienne. Sachant que les prix peuvent varier de + ou – 50 % par rapport à la moyenne, le calcul du rendement doit être précis !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here